Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog

  • DAVID CONTRE GOLIATH

     1 Livre de Samuel ch.17

     Saül dit à David : « Tu es incapable d’aller te battre contre ce Philistin : tu n’es qu’un gamin, et lui est un homme de guerre depuis sa jeunesse. » 34David dit à Saül : « Ton serviteur était berger chez son père. S’il venait un lion, et même un ours, pour enlever une brebis du troupeau, 35je partais à sa poursuite, je le frappais et la lui arrachais de la gueule. Quand il m’attaquait, je le saisissais par les poils et je le frappais à mort. 36Ton serviteur a frappé et le lion et l’ours. Ce Philistin incirconcis sera comme l’un d’entre eux, car il a défié les lignes du Dieu vivant. » 37David dit : « Le SEIGNEUR qui m’a arraché aux griffes du lion et de l’ours, c’est lui qui m’arrachera de la main de ce Philistin. » Saül dit à David : « Va, et que le SEIGNEUR soit avec toi. » …

     48Tandis que le Philistin s’ébranlait pour affronter David et s’approchait de plus en plus, David courut à toute vitesse pour se placer et affronter le Philistin. 49David mit prestement la main dans son sac, y prit une pierre, la lança avec la fronde et frappa le Philistin au front. La pierre s’enfonça dans son front, et il tomba la face contre terre. 50Ainsi David triompha du Philistin par la fronde et la pierre. Il frappa le Philistin et le tua. Il n’y avait pas d’épée dans la main de David.

    51David courut, s’arrêta près du Philistin, lui prit son épée en la tirant du fourreau et avec elle acheva le Philistin et lui trancha la tête. Voyant que leur héros était mort, les Philistins prirent la fuite…

    53Après une chaude poursuite, les fils d’Israël revinrent piller le camp des Philistins. 54David prit la tête du Philistin et l’apporta à Jérusalem et il mit ses armes dans sa propre tente.

     

    LE COMBAT

     

    BYVANCKB_mimi_mmw_10b21_054r_min.jpg        miniature.JPG

     

    Miniatures

    Le berger, avec ses moutons,  contre le chevalier lourdement armé, le berger blesse le chevalier avec sa fronde, l’arme du faible

     

     Avec la Renaissance le combat devient une lutte où David utilise l’épée contre Goliath qui n’a été que blessé par la fronde. Le texte est complètement modifié

     mich_davidgoliath_grt.jpg

    Michel-Ange chapelle Sixtine

    Goliath est à terre mais vivant et David s’est emparé de son épée (un cimeterre) pour l’achever, vue en plongée, opposition des volumes

     

     

     

     

     Daniele da Volterra 1555

    d’après un dessin de Michel-Ange,  un tableau à double face huile sur ardoise, conservé au musée du Louvre. 133 x177
     

    David_and_Goliath_by_Daniele_da_Volterra_(Louvre_INV_566)_recto_02.jpg       David_and_Goliath_by_Daniele_da_Volterra_(Louvre_INV_566)_verso_02.jpg

     

    La peinture est exceptionnelle, car il n’existe pas d’autre exemple, à la fois de peinture sur une aussi grande ardoise, et de peinture représentant la même scène vue de dos et de face.

     Les volumes sont traités par des tons chauds, le contraste avec l’arrière-plan sombre les fait ressortir de manière encore plus forte.
    opposition des forces inégales mais fortes musculatures rendues visibles par la suppression de l’armure. Un combat entre une figure angélique et une figure bestiale.

     rubens_david_goliath_grt.jpgRubens
    oil on canvas (123 × 99 cm) — ca. 1616    Norton Simon Museum, Pasadena Calif

    Le format en portrait , centré sur David, lui donne une attitude et une force comme un St Michel. David a la concentration mentale plus que la  force physique, le Ciel l’accompagne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      titian111.jpgTitien 1542-44
    Oil on canvas, 300 x 285 cm
    Santa Maria della Salute, Venice

    Iconographie très originale, David remercie pour sa victoire, avec réponse du Ciel, c’est une  inversion de la prière par rapport au texte qui la place avant le combat

    Mouvement tournant en spirale .Superbe contre plongée, avec accentuation des différences

     

     

     

     

     

     

     mais au 17e s. on trouve un tableau qui montre le combat à la fronde, Goliath reste un géant sans armure, mais la composition rappelle celle de la chute des anges, David devient l'instrument de Dieu

    zanchi.jpg

    Antonio ZANCHI  Oil on canvas, 156 x 170 cm  Private collection

     

    DAVID VICTORIEUX

     
    Le David de Donatello est une sculpture en bronze réalisée entre 1430 et 1432, 2david1 donatello.jpgconsidérée comme le premier grand bronze fondu depuis l'Antiquité. Elle a produit un choc  par sa représentation d’un jeune homme nu. C’est une statue de grandeur nature de 1,58 m Violence et mépris de l’attitude de David, qui écrase la tête
     
     

     

     

     

     

     

     

     

    Le CARAVAGE c. 1600, Oil on canvas, 110 x 91 cm, Museo del Prado, Madrid
    Faiblesse de David un adolescent qui n’a pu triompher que par son intelligence et sa foi, réalisme du cadavre, de l’adolescent qui domine en oblique et qui attache la tête. Une sorte de dialogue apaisé entre les deux hommes
     
    caravage 31david.jpg                Orazio gentileschi 1610.jpeg

     

    GENTILESCHI, Orazio
    David Contemplating the Head of Goliath c. 1610
    Oil on copper, 37 x 29 cm Staatliche Museen, Berlin

    Cette fois David s’interroge, Goliath disparaît dans le rocher alors que le tableau coupé en deux, donne toute lumière à gauche

     

    LE TRIOMPHE

     Rembrandt  David Presents the Head of Goliath to King Saul, 28 cm (11.02 in.), Width: 38 cm (14.96 in.) 1627,  Kunstmuseum Basel  (Switzerland

     

    avid delivers the head of Goliath to king Saul.jpeg

     

     

    Une scène de cour avec le roi et le Chef de l’armée somptueusement habillés en orientaux, en opposition à David pieds nus mais taille immense de l’épée

    On ajoute le vieux Samuel au centre et Jonathan à cheval avec arc ( allusion à 20, 19-43 quand Jonathan sauve David avec ses flèches ); la lance de droite renvoie à la tentative de Saul de tuer David

    Sorte de bilan qui montre que David a dû supporter nombre d’épreuves, il a vaincu par la Providence

     

     The Triumph of David Michele Ragoglia 1673.jpeg

     

     

    Michele Ragolia Trionfo di David”, 1673

    Musée de Naples

     

     Un triomphe baroque avec danses et musiques, David étranger et un peu gauche avec sa tête

     

     

     

     

    Nicolas POUSSIN  100 x 130 cm  Museo del Prado, Madrid,

    poussin triomphe david.jpg

    Triomphe classique selon la mythologie païenne et Poussin traite la bible de la même façon.

    antique biblique et paien , Poussin

     

     

     

     

     

     

  • ANNONCIATION A MARIE

    Je poursuis la publication du travail fait dans le cadre du groupe biblique de la paroisse réformée de Fontainebleau (voir ci-dessous, la page du 17 octobre sur Genèse 3 Quel sacrifice ?)

     

    L'annonciation à Marie dans l'évangile selon Luc est un texte très connu (Luc 1 ,26-38) mais lorsqu'on demande à quelqu'un de le restituer de mémoire, on s'aperçoit que le résultat est bien appauvri. C'est un peu ce qui était proposé à travers quelques images picturales de l'Annonciation. Quel récit ces images vous suggèrent elles ?

    1MESSINA.jpg

     

     

     

    Cette huile sur bois d'Antonello da Messina date de 1476, elle est intitulée, "Annunziata"

    Le titre surprend car pour tous, l'Annonciation suppose la présence de l'ange Gabriel. Ici il est absent ou hors champ.

    La scène se passe dans un lieu indéterminé, Marie lit et soudain elle voit, ressent... la présence de quelqu'un, elle ferme alors son voile avec sa main gauche, par pudeur, elle cesse sa lecture et lève les yeux.

    Il y a donc bien une présence, Marie ne nous regarde pas elle fixe son regard vers la gauche, un peu en bas, que voit elle ? un ange ? qui est à genoux ? ou a-t-elle simplement le sentiment, la sensation d'une présence ? Ses yeux sont songeurs.

    Marie est surprise, mais le geste de sa main droite peut être interprété de plusieurs façons: trouble, étonnement, appréhension... devant ce qu'elle voit ou par rapport à ce qu'elle entend ? on peut aussi voir sa bouche prête à s'ouvrir pour parler.

    Ce petit tableau de dévotion (45 x 34 cm) veut rendre compte de l'évènement à travers les sentiments de Marie. Le récit que nous sommes amenés à faire est psychologique.

     

    2 tanner.jpg

     

     

     Plus de 400 ans plus tard on trouve cette même recherche dans  cette huile d'Henri Tanner, (Annonciation, Musée des Arts de Philadelphie)

     Cette fois, le récit est situé dans un cadre culturel, une chambre close, un univers "oriental" avec tapis, tenture, voûtes...

    Un récit qui précise l'heure aussi, c'est la nuit, Marie dormait, le lit est témoin d'un sommeil agité, elle s'est réveillée et a passé un peignoir, signe de pudeur comme le voile refermé du tableau précédent.

    Marie regarde-t-elle la colonne de lumière, de feu ? non ses yeux sont dans le vague, elle semble plutôt méditer sur cette présence. Elle ne manifeste ni surprise (elle est passée), ni crainte, ses mains expriment la concentration, une joie intérieure et un grand respect... elle est à l'écoute de Dieu.

    Et l'ange ?  ici la colonne de feu évoque la présence de Dieu auprès de Moïse pendant la nuit (Exode 13, 21), une théophanie qui vaut bien celle d'un messager (ange de Dieu), traditionnellement un homme vêtu de blanc. Cette colonne est-elle réelle ou vision intérieure ? Marie, la voit, la sent, l'écoute et va y répondre, nous sommes toujours dans la tradition des peintres qui veulent rendre une narration psychologique.
    Précisons simplement que cet Henri Tanner (1859-1957) était un noir américain , fils de pasteur méthodiste, qu'il connaissait Tanger, et que le modèle de ce tableau, est sa future femme, une jeune fille blanche.

     

    6 Weyden.jpg

     

     

    Retour au XV ème s. avec cette Annonciation de Rogier van der Weyden (Musée du Louvre)

    Cette fois nous sommes dans la chambre d'une belle demeure flamande, une chambre stricte, bien ordonnée, avec ce grand lit ouvert mais non défait, surmonté d'une image pieuse.

    Marie est saisie dans son intimité, elle a les cheveux défaits, elle est vêtue sobrement, elle est à genoux, occupée à lire comme les jeunes femmes pieuses de la devotio moderna.

    Un jeune homme apparaît dans cette chambre, ce pourrait être un prêtre avec sa belle chape de brocart, mais les ailes en font un ange, il semble flotter dans les airs, il amorce un geste de génuflexion, il parle en souriant, il sollicite...

    Marie incline sa tête du côté de l'ange, elle sourit et ouvre sa main droite, en signe d'acceptation ?

    Nous sommes toujours dans un regisre psychologique mais des objets symboliques s'y surajoutent, les lys bien sûr, mais aussi des éléments qui ne nous parlent plus: le manteau de la cheminée qui est fermé tant pour indiquer le printemps, que pour pour montrer que le feu de la passion charnelle est fermé par un volet marqué d'une croix, ou encore ce vase clos, posé sur le rebord de la cheminée, et qu'un rayon de soleil traverse sans l'altérer, comme le sein de Marie sera traversé par le rayon divin sans altérer sa virginité.

    Le discours théologique pointe derrière la narration psycologique.

     

    3 Fra_Angelico_Cortone 1434 tempera sur panneau de 175 cm x 180 cm..jpg

    Cette Annonciation de Fra Angelico nous transporte dans un autre monde. Il en a peint plusieurs, celle-ci date de 1433, c'est une détrempe sur bois,  centre d'un retable de 175 x 180 cm, conservé au Musée diocésain de Cortone.

    Le récit cède la place à la construction théologique.

    La maison de Marie, est un portique carré de 3 travées, qui se prolonge par une pièce fermée par un rideau rouge, c'est la chambre de Marie, le lieu clos, l'espace sacré, le saint des saints, fermé par un rideau comme celui du Temple de Jérusalem (et que Marie a tissé, selon une texte apocryphe)

    La maison donne sur un jardin bien clos, allusion érotique du  Cantique des Cantiques où la bien-aimée est comparée à un jardin clos "Tu es un jardin clos, ma sœur, mon épouse, un jardin clos, une fontaine scellée. » (Ct 4, 7-12).
    Mais le jardin est luxuriant, c'est le jardin d'Eden, avec ce bel arbre toujours vert, l'arbre de vie. Par opposition derrière ce jardin paradisiaque, on trouve un espace désertique et désolé, c'est là que sont chassés Adam et Eve. Le jardin de Marie est un nouvel Eden, car Marie est la nouvelle Eve.

    La relation entre cette maison jardin et le jardin des origines, est donnée par la perspective. Mais elle est étrange, généralement l'impression de fuite est donnée par un mouvement d'avant en arrière (le point de fuite passant par une fenêtre ouverte), ici rien de tel, le point de fuite est sur la zone désolée, et l'impression ressentie est celle d'un mouvement d'arrière en avant, comme si le passé, la faute d'Adam et d'Eve, se projetait en avant, vers ce "oui" que Marie va prononcer. Elle est bien la Nouvelle Eve, celle qui va permettre la venue du Sauveur.

    Marie est assise sur un trône, un tapis sous les pieds, elle accueille l'ange avec joie, sérénité et acceptation. Elle lisait, il s'agissait de la prophétie d'Isaïe (Is 7, 14) "Voici que la jeune femme [la vierge selon la traduction de la Septante et de la Vulgate] est enceinte et enfante un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel" . D'ailleurs c'est Isaïe que l'on voit en médaillon sculpté au dessus de la colonne, un rouleau à la main. Marie laisse glisser son livre, il est désormais inutile,  puisque la prophétie se réalise.

    L'ange est beau et somptueux par son vêtement et ses ailes. Il s'incline devant la Vierge et lui parle. Le texte est écrit en lettres d'or. Il dit "spiritus sanctus superveniet in te" (l'Esprit saint viendra sur toi) et la phrase se dirige vers la tête de Marie, tandis qu'une colombe apparaît justement au dessus d'elle, cet oiseau symbole de l'Esprit Saint (depuis les récits du  baptême de Jésus) s'inscrit dans un astre de feu, comme une étoile, celle qui annoncera aux mages, la naissance de Jésus, celle qui guide vers le Fils de Dieu.
    La seconde phrase de l'ange est : "virtus altissimus obumbrabit tibi" (la force du Très Haut te couvrira de son ombre), et il la dirige vers le sein de la Vierge.
    Marie répond : "ecce ancilla domini fiat mihi secundum verbum tuum" (je suis la servante du Seigneur, qu'il soit fait selon ta parole), cette phrase est écrite à l'envers, de droite à gauche, elle est dite et écrite pour Dieu, mais fait plus étrange, le "fiat mihi secundum" qui est le coeur de l'acceptation est caché par la colonne ! Caché à moins qu'il ne passe à travers elle, comme l'a suggéré Daniel Arasse, à travers cette colonne, image du Christ (arbre de vie reliant le ciel et la terre) qui va advenir par cefiat.

    Nous sommes loin des oeuvres précédentes,cette peinture n'a pas pour objet de raconter l'histoire mais de faire méditer le croyant sur le dogme, sur sa foi. Il s'agit d'une oeuvre mystique.

    4 annonciation-lotto1.jpg

     

    Juste un siècle après Fra Angelico, Lorenzo Lotto peint cette Annonciation qui se trouve à la Pinacoteca de Recanati en Italie.

     

    Nous sommes toujours dans la symbolique et la théologie, mais le peintre construit par le mouvement, un nouveau récit.

    Trois personnages relégués sur les côtés, au centre le vide occupé par un chat qui s'enfuit. Jeu de regards: le chat regarde l'ange qui regarde Marie, l'ange montre le ciel où Dieu le Père regarde Marie, qui se retourne pour nous regarder.

    L'ange s'agenouille, il tend le bras comme un héraut, un bras fort (Gabriel signifie Dieu est ma force) qui monte selon la verticale de la colonne vers les mains du Père.

    Dieu Père regarde Marie, mais il la vise comme s'il avait un arc et des flèches ? à moins qu'il la prie , les mains jointes; Marie est surprise, est-elle apeurée ? non elle sourit, ouvre les mains comme une orante en signe d'acceptation, ou comme la suppliante qui est devenue la suppliée. Mais elle nous prend à témoin. Tout le mouvement de la scène vient vers nous, nous implique.

    Dernier mouvement, celui de la lumière. Elle partage la scène en deux, à droite la lumière de Dieu, à gauche les ténèbres de la chambre, Marie semble partager en deux. Mais en disant "oui" elle permet à la lumière de gagner. l'ombre de l'ange va s'étendre, et la recouvrir, la lumière va inonder le lit, la pièce et le monde.
    Tout est mouvement dans cette oeuvre, seul le chat, image du malin, ne bouge pas, il est pétrifié par l'évènement. Les temps sont accomplis, le sablier qui est sur le tabouret, a cessé de couler.

     

     

  • GENESE 3 - QUEL SACRIFICE ?

    Je publie ici des éléments dont je me suis servi lors d'une séance du groupe biblique de l'ERF de Fontainebleau, animé par Odile ROMAN-LOMBARD, pasteure. D'autres pages seront publiées à l'occasion des prochaines rencontres.

    SACRIFICE D'ABRAHAM OU SACRIFICE D'ISAAC ?

    QUELLES APPROCHES DU SACRIFICE PEUT ON FAIRE A PARTIR DE QUELQUES OEUVRES PICTURALES

    1 1635 Hermitage.jpg

    REMBRANDT (1635) Musée de l' Hermitage, St. Petersbourg

     L'ange de Dieu fait irruption au dernier moment et il sauve une victime passive et innocente.

               L'œuvre rend assez bien compte du texte, seul le bélier est absent, mais non seulement l'Ange parle (main levée) mais surtout il agit. Abraham est brutalement arrêté dans son geste de sacrificateur.

                Isaac est violemment éclairé, il est placé sur une diagonale montante, positive, alors que celle d'Abraham est négative, vers le bas et qu'il est dans l'ombre. Il a caché la tête de son fils, pour ne pas le voir, il a peur de son regard, et c'est le regard de Dieu qu'il rencontre.

               C’est un dévoilement : la victime est innocente, elle est reconnue par Dieu et sauvée par Lui seul. Le spectateur reste extérieur, nous   assistons à une sorte de jugement .

                          


    2 1603 LC Florence.jpg  LE CARAVAGE   1603 Galerie des Offices, Florence

     

    Cette peinture est antérieure à celle de Rembrandt qui s'en est inspiré, mais il me semble que la place d'Isaac dans le sacrifice est encore plus importante.

    Un instantané comme le précédent mais surtout  un cri dramatique dans un paysage calme. Un mouvement suspendu, marqué par le triangle fermé des 3 visages. Deux diagonales descendantes convergent vers Isaac, il n'a pas d'avenir, mais le doigt de Dieu peut faire sortir de ce triangle de mort, il montre une sortie possible.

    Tout est dans la liberté d'Abraham, il peut poursuivre son geste ou l'arrêter. il semble réfléchir.

    Dieu n'intervient pas du haut du ciel, il intervient au niveau de l'humain, il est si proche de la victime innocente qu'il lui ressemble (le peintre a pris le même modèle). Il se reconnaît en elle et invite l'homme à le sauver.

    Quant au spectateur il est directement impliqué: Isaac le regarde et l'appelle au secours, nous sommes appelés à agir.

     

    La portée christique est évidente,  reconnaître Dieu en son fils innocent. Et en cela cette oeuvre poursu3 Rouen - BM - ms. 3028 1520.jpgit une tradition. Jésus est la victime qui marche vers la mort suivant la volonté de son Père,comme Iaac il porte le bois du sacrifice.

      XIVème Rouen  - BM - ms. 3028 1520


     

    4 Dijon - BM - ms. 0562 XIII.jpg

            

                  XIIIème Dijon - BM - ms. 0562

    La vision traditionnelle est christique :

    la scène se lit comme une BD mais du bas à gauche vers le haut à gauche. 

    C'est bien le sacrifice d'Abraham, un couteau à la main, indique à son fils la direction à prendre. L'enfant chemine devant lui en portant le fago.  Abraham, en vêtement couleur de deuil, s'apprête à sacrifier Isaac

    Mais Isaac est trop grand par rapport à l'autel (il n'est pas la bonne victime). L'animal désigné est une  préfiguration christique : l'absence de cornes, le fait que l'animal se détourne de son bourreau dans un geste caractéristique de la fuite (il souhaite éviter le supplice, comme le Christ à Gethsémani)

    Chaque étape de la Passion de Jésus trouve sa préfigure dans le sacrifice d'Abraham.

    5 Rouen - BM - ms. 1139 XV.jpg

     

    XVème Rouen - BM - ms. 1139 XV

    Deux siècles plus tard, que de changements. L'innocence est mise en avant, l'ange arrête l'épée comme les mères essaient d'arrêter celles des soldats dans le massacre des Innocents.

    Le Père est brutal, il ignore l'agneau qui est devant lui et qu'il pourrait sacrifier.

    Isaac est une victime consentante, il n'est pas attaché, il prie... il devient une figure christique par sa soumission, sa piété filiale, alors qu'Abraham semble condamné pour infanticide.

     C'est déjà le sacrifice d'Isaac. 

    voir Le sacrifice d'Abraham dans quelques représentations de la fin du Moyen Age par Christiane Raynaud, Journal of medieval history, vol. 21, September 1995, Pages 249-273

     

    On pourrait dire que Le Caravage est un aboutissement et qu'il apporte une nouvelle vision christique: Isaac n'est pas seulement la préfiguration du Christ mais de toute victime qui rejoint le Christ. C'est la fin d'une vision sacrificielle, tout est meurtre et tout meurtre est arrêté par Dieu. Mais le dire ainsi est sans doute trop moderne.

    7 chagall.jpg

     

    Chagall reprend une mise en scène classique mais les victimes sont de tous les temps, Isaac, Jésus, les victimes des pogrroms...

     

     

    http://www.musee-chagall.fr/

     

     

     

    8 Alan Falk 2002.jpg

     

          Quant à cette vision d'Alan Falk (peintre anglais né en 1945, travaillant aux EU), elle montre que le dilemme d'Abraham est aussi ou d'abord celui de notre conscience. 

     

    http://www.alanfalk.com/

    The Binding Of  Isaac (The Akedah)'  2002 

  • ABEL, ABRAHAM ET MOISE ... JESUS A LANGEAIS

    Pendant ces vacances d'été je suis passé à Langeais, où se trouve un magnifique château construit au XVème siècle et qui a abrité le mariage de Charles VIII et d'Anne de Bretagne. Il a été restauré par Jacques Siegfried à la fin du XIXème s. qui a réuni à cette occasion une belle collection de tapisseries flamandes des XVème et XVIème siècles.

    Dans la chambre des carreaux verts on trouve une grande tapiserie appelée le meurtre d'Abel mais qui représente bien plus.  Cette tenture se lit de gauche à droite, on peut y distinguer 3 scènes principales centrées sur Abel, Abraham et Moïse, mais un regard plus précis amène à voir au dessus de chaque scène principale d'autres petites scènes concernant les mêmes personnages.

    medium_tapisserie1.jpg

    Je vous propose de regarder chaque scène et de voir le sens de leur agencement ensuite. Je renvoie aussi, pour explications compléméntaires, aux pages de mon site sur les Images de la Bible.

     

    medium_meurtre_abel.2.jpg

    A gauche donc la scène du meurtre d'Abel par Caïn, ce dernier est armé d'une mâchoire d'âne ce qui est assez traditionnel, elle rappelle la mâchoire utilisée par Samson pour tuer les Philistins, action bien sûr très postérieure... http://imagesbible.com/FICHES/F_A_cain.htm

     

    medium_offrande.jpgAu dessus de cette représentation du meurtre, on peut voir deux scènes plus petites : à gauche l'offrande de Caïn et Abel, ils sont à genoux devant un autel de pierre et leurs offrandes brûlent, mais celle de gauche est sans flamme alors que celle de droite en a une belle qui s'élève vers le ciel, où Dieu apparaît et bénit. C'est une façon de monter que Dieu accepte l'offrande d'Abel (une brebis) et refuse celle de Caïn (des céréales), un choix dont les commentaires sont innombrables..medium_adam_labour.jpg.

     

     

     

    Mais la petite scène de droite est plus surprenante, on y voit un homme qui bêche et une femme qui file avec sa quenouille tandis que deux enfants jouent devant elle. Il s'agit d'Adam et d'Eve après la chute qui travaillent , les deux enfants sont Caïn et Abel. http://imagesbible.com/FICHES/F_A_chute.htm

     

     

     

     

    medium_Abraham_Melchi.jpg

    La scène centrale concerne Abraham, c'est sa rencontre avec Melchisedech. Ils sont entourés de nombreux amis et serviteurs, Abraham, à gauche, est en chevalier de la fin du Moyen Age, le roi Melchisedech, à droite, est habillé comme un prêtre juif, il offre à Abraham du pain et du vin, ce dernier dans un calice qui est semblable à celui utilisé pendant la messe chrétienne. http://imagesbible.com/FICHES/F_A_Ab_Melchi1.htm

    medium_3_anges.jpgAlors que Melchisedech est surmonté par la tour de la ville de medium_sacrifice_Ab.jpgJérusalem, deux petites scènes annexes se trouvent au dessus d'Abraham, sur la première un homme s'agenouille devant  3 anges. Il s'agit de la rencontre d'Abraham et de Dieu représenté par 3 hommes ou anges, image de la Trinité. http://imagesbible.com/FICHES/F_A_3anges.htm

     

     

     

    La saconde montre Abraham s'apprêtant à sacrifier son fils Isaac, ce dernier est à genoux sur l'autel, son père tend le couteau mais le bras de Dieu le retient, tandis qu'un mouton apparaît sur la gauche, il remplacera l'enfant que Dieu sauve. http://imagesbible.com/FICHES/F_A_sacrifice.htm

     

             

    medium_repas_pascal.3.jpg

    La partie droite de la tapisserie concerne Moïse. La grande scène représente le repas pascal, celui que les Hébreux prennent avant de quitter l'Egypte, le repas de la libération, de l'Exode. Ils sont prêts à partir, sandales, manteaux, ceintures nouées et bâtons, un homme enfile sa guêtre ...  ils mangent debout comme des gens pressés, sur la table l'agneau qui a été sacrifié pour ce passage (=pâque) et des herbes amères (pour se souvenir du temps de l'esclavage), et Moïse au centre est représenté comme le Christ.

    medium_Moise_pasteur.jpgLes petites scènes du haut concernent aussi Moïse, à gauche il garde le troupeau de son beau père et à droite il s'est déchaussé devant un petit arbre, d'où Dieu surgit, c'est la medium_Moise_buisson.jpgrévélation à travers le buisson ardent. 

    http://imagesbible.com/FICHES/F_AT_buisson.htm

     

     

     

     Si on reprend la série des scènes de cette tapisserie :

    Abel le juste est assassiné par son frêre, meurtre qui est une conséquence du péché originel, de la nouvelle condition des hommes, ce meurtre préfigure la mort du Christ.

    Abraham reçoit la promesse de Dieu (les 3 anges lui annoncent la naissance de son fils), Abraham montre sa fidélité à Dieu en acceptant de sacrifier Isaac, ce que Dieu refuse, le père qui accepte le sacrifice du fils renvoie à la passion du Christ. Abraham partage le pain et le vin avec le roi-prêtre Melchisedech, image de l'eucharistie future.

    Moïse reçoit la révélation de Dieu " Je suis Celui qui suis", il guide son peuple vers la libération en faisant le rite de la pâque, il est l'image de Jésus : Celui qui révêle le Père, celui qui sauve et libère les hommes par sa "pâque", il est le véritable agneau pascal

    Donc un ensemble de scènes de l'Ancien Testament qui ne sont que des images, des attentes de Jésus et de son eucharistie. http://imagesbible.com/FICHES/F_N_cene.htm

    Cette tapisserie est d'ailleurs complétée par une autre "Le miracle des Billettes" qui montre deux miracles du XIIIème s. mettant en scène des Juifs qui profanent l'hostie et qui sont directement condamnés par Dieu présent dans l'eucharistie (oeuvre fortement antisémite).

    L'ensemble porte parfois le nom d'Histoire du Saint Sacrement, la  tenture fut donnée à l'église abbatiale de Notre-Dame la Charité du Ronceray à Angers par Louise Le Roux, doyenne de l'abbaye, vraisemblablement en l'honneur d'Ysabelle de la Jaille, abbesse du Ronceray de 1505 à 1518. Elle est contemporaine de ces dates et provient d'ateliers flamands.

     Les images sont tirées de "Tapisseries du Château de Langeais" par Jean Favier, hors série de Beaux-Arts Magazine, cette brochure qui présente toutes les tapisseries du château est remarquable, on peut se la procurer chez l'éditeur ou à la caisse du château.

     

  • David et Judith coupeurs de têtes...

    medium_Rubens_DA_GO.jpgDavid blesse mortellment Goliath non pas avec une épée mais avec sa fronde de berger,puis il prend le sabre  du géant pour lui trancher la tête.(voir http://imagesbible.com/FICHES/F_A_goliath.htm)

    Judith tue Holopherne en lui tranchant directement la tête avec l'épée qu'elle a prise pendant qu'ivre, il dormait.medium_Judithcaravage.jpg

    (voir  http://imagesbible.com/FICHES/F_A_Judith.htm)

    Dans les deux cas c'est donc avec leurs propres armes que Goliath et Holopherne sont décapités. C'est assez logique puisqu'un berger comme David n'a pas d'arme de combat et encore moins une jeune veuve comme Judith..

    Je trouve ce parallèle assez troublant mais je ne vois pas où trouver un commentaire, les rabbins ne s'y intéressent pas puisque le livre de Judith ne fait pas partie de la Bile juive.

    J'ai mis en parallèle des images de la décapitation, ce qui est frappant c'est l'acharnement mis par Judith, est-ce seulement parce qu'elle est une faible femme? parce qu'elle le tue en le décapitant alors que Goliath est déjà mourant quand David lui coupe la tête ?

    Dans les deux cas la tête tranchée sert de preuve puisque David comme Judith la rapportent  comme trophée de victoire dans leur camp

  • JEU DE MAINS PAR LE CARAVAGE

    Je suis allé voir l'exposition d'Amsterdam sur Rembrandt-Le Caravage. Une superbe exposition qui m'a enthousiasmé, elle est construite comme une comparaison entre ces deux peintres qui sont de générations différentes et ne se sont bien sûr jamais rencontrés. 

    Pour ceux que cela intéresse il existe un site assez extraordinaire pour une visite virtuelle http://www.rembrandt-caravaggio.nl/index_en.htm 

    La comparaison ne porte pas forcément sur les mêmes scènes comme la Sainte famille ou le sacrifice d'Abraham, mais aussi sur des rapprochements formels ainsi Judith et Holopherne du Caravage comparé à l'Aveuglement de Samson de Rembrandt.medium_caravage.jpg

    Un tableau m'a particulièrement frappé : l'Arrestation du Christ par Le Caravage.
    Cette oeuvre que est construite sur les mains et les bras.  Contrairement à d'autres artistes Le Caravage ne représente pas le baiser de Judas mais une sorte d'enlacement, une prise de possession qui n'est pas forcément menaçante mais dont la signification est donnée par le geste parfaitemeant parallèle du bras du soldat. Jésus qui a compris, croise les mains comme s'il s'attendait à les voir liées.  Enfin deux mains sont lancées vers le ciel, à droite celle d'un spectateur qui tend la main pour mieux voir, saisir ? et à gauche la main ouverte d'un homme qui s'enfuit de peur. Cet homme est le jeune homme décrit  seulement par Marc dans son évangile : Et, l'abandonnant, ils prirent tous la fuite. Un jeune homme le suivait, n'ayant pour tout vêtement qu'un drap, et on le saisit ;  mais lui, lâchant le drap, s'enfuit tout nu Mc 14, 50-52.
    Ces mains forment un triangle une pointe en bas (les mains soumises de Jésus), deux en haut (les deux mains de la peur ou de la surprise) et les deux bras de l'arrestation donnent force et sens à l'ensemble.

    L'album donne quelques exemples d'autres "Arrestations" provenant du site http://imagesbible.com/FICHES/F_NT_arrestation.htm